L’Internationale des femmes


Explications


Air de la chanson :

Air composé par Pierre Degeyter en 1888 pour accompagner un poème d’Eugène Pottier datant des lendemains de La Commune de Paris en 1871. « Hymne » des socialistes, des anarchistes et référence du mouvement ouvrier européen à l’origine, cet l’hymne est devenu celui des révolutionnaires dans le monde entier.

Paroles :

Paroles des féministes suisses pour la Marche Mondiale des Femmes de 2000 mais le dernier couplet a été écrit par des féministes parisiennes dans les années 1970. La référence à du « pain et des roses » rappelle une chanson de l’histoire ouvrière américaine (grève des ouvrières du textile aux Etats Unis, à Lawrence dans le Massachusetts, en 1912), reprise par les féministes québécoises en 1995. Or, c’est la Fédération des femmes du Québec qui a lancé la « Marche Mondiale des femmes contre les violences et la pauvreté » en mettant en cause le capitalisme et son corollaire, le patriarcat . C’est pourquoi la chanson rappelle les luttes des femmes contre la domination masculine mais aussi contre la mondialisation néo libérale. Et le couplet écrit en 1970, très «révolutionnaire »  et optimiste lance : « Notre oppression est millénaire le Capital nous y maintient…mais nos luttes changent la vie entière, nous ne sommes rien, soyons Tout ! »

L’Internationale des femmes

Sur l’air de l’Internationale, de P. Degeyter, 1888, paroles des féministes suisses, créées pour la Marche Mondiale des Femmes de 2000

Debout, les femmes de la terre!
Debout, pour des roses et du pain !
Nous n’voulons pas seulement êtr’ mères,
Nous voulons d’autres destins.
Du passé, faisons table rase,
Et toutes ensemble, marchons, marchons !
Pour que le monde change de base,
C’est dans la rue qu’nous descendrons !

Refrain :
C’est la Marche Mondiale,
Groupons-nous, féministes.
Partout dans le monde :
Non au libéralisme !
C’est la marche des femmes
Pour nos droits, pour nos choix!
La marche des femmes
Pour d’autres lendemains.

Femmes résignées, femmes en lutte,
Ensemble, nous pouvons gagner !
Que l’on soit seule, lesbienne, ou mère,
Nos droits, faut revendiquer !
La misère fait gronder la colère,
Abolissons la pauvreté !
Les violences, dont souffraient nos mères,
Nous n’voulons plus les accepter!

Toutes unies, toutes solidaires!
D’ici, d’ailleurs, et de partout !
Avorter n’est plus une barrière,
C’est un droit, lors battons-nous!
Isolées, exploitées, ignorées,
Violées ne serons plus jamais !
Ensemble plus fortes désormais !
La lutte est de notre côté !

Notre oppression est millénaire;
Le capital nous y maintient.
Laissons torchons, boulots précaires,
Rejoignons le combat commun.
Prolétaires des prolétaires,
Femmes esclaves, debout ! debout !
Nos luttes changent la vie entière.
Nous ne sommes rien, soyons tout !

https://lesvoixrebelleschansonsfeministes.wordpress.com

Publicités
Cet article, publié dans Chansons, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s