Adresse à Louise Michel

Sur l’air de la Makhnovtchina d’Etienne Roda-Gil, 1968, repris du Chant des partisans de S. Alimov et T. Atourov, paroles de Monique Surel-Tupin et Raphaëlle Legrand pour le 10 janvier 2005, centenaire de la mort de Louise Michel

Louis’ Michel, l’irréductible,
Les drapeaux sont noirs dans le vent.
Ils sont noirs de notre peine, )
Ils sont rouges de notre sang. ) bis

Née dans un château mais bâtarde,
Tu veux enseigner aux enfants.
Tu leur apprends la révolte, )
Leurs sabots claquant au vent. ) bis

Tu te bats pour la Commune,
Fusils droits sur les Versaillais.
“L’incendie est une aurore”, )
Mais les traîtres vont gagner. ) bis

Droite et fière devant tes juges,
Tu as su ne pas pleurer.
Et tu donnes des œillets rouges )
Quand ils vont tuer Ferré. ) bis

Le bateau t’emporte loin de France,
Bateau de bagnards, de proscrits.
A Nouméa, tu rencontres )
Les Canaques, nouveaux amis. ) bis

Au retour tu reprends la lutte
Pour les pauvres, pour les affamés.
Tu sais “être la faucille )
Dans le blé pour le pain blanc”. ) bis

Et Charlotte Vauvelle, toujours près de toi,
Est une force dans tous vos combats.
Avec Nathalie Le Mel, )
Paule Minck et Marie Ferré . ) bis

Tu cries “Gar’ pour le vieux monde”
Quand les femmes diront : ça suffit !
“Gare aux femmes”, à leur colère, )
“Gare aux femmes”, )
vous les nantis. ) bis

Louis’ Michel, l’irréductible,
Ton jupon noir est un drapeau.
Drapeau noir de notre peine, )
Œillets rouges de notre sang. ) bis

Louise Michel (1830-1905), institutrice française, militante anarchiste, écrivaine, poétesse, dessinatrice, pionnière du féminisme. Elle participe activement à la Commune de Paris en 1871, ce qui lui vaut la déportation en Nouvelle-Calédonie d’où elle revient en 1880. Elle multiplie alors les réunions et les manifestations en faveur des prolétaires. Plusieurs fois emprisonnée, elle dut s’exiler à Londres. Elle a été la première à brandir le drapeau noir adopté par le mouvement libertaire.
Voir aussi « Nathalie Le Mel »

Charlotte Vauvelle (1872-?), anarchiste française. Depuis son enfance auprès de son père qui a abrité Louise Michel lors de ses séjours à Londres, elle fréquente le milieu anarchaste. Elle vit auprès de Louise Michel de 1895 à sa mort en 1905. Plus jeune qu’elle de 42 ans, elle lui est entièrement dévouée et devient sa farouche gardienne. Louise Michel en fait sa légataire universelle.

Paule Minck (1839-1901), journaliste, femme de lettres française, communarde et féministe. Elle arrive à Paris en 1867. Avec Louise Michel elle fait partie du comité de Vigilance de Montmartre. Elle échappe à la Semaine Sanglante et s’exile en Suisse où elle continue son combat.

Nathalie Le Mel (1827-1921), ouvrière militante et féministe française. Elle naît à Brest où elle tient une librairie avec son mari, puis « monte » à Paris en 1860. Elle milite dans le syndicat des relieurs créé par Varlin en 1865. Elle organise un restaurant communautaire et, en avril 1871, crée une Union des femmes pour la défense de Paris. Pendant la Semaine Sanglante de la Commune, elle tient avec des femmes la barricade de la place Blanche. Elle est arrêtée et déportée en Nouvelle-Calédonie. C’est une grande figure de la Commune.
Voir aussi « Nathalie Le Mel »

https://lesvoixrebelleschansonsfeministes.wordpress.com

Publicités
Cet article, publié dans Chansons, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s